Tu nous laisses (1987)

écrite en hommage à son père en 1987 par Nacer Amamra artiste connu sous le nom de Kevin ACE

Paroles & Crédits

Album : Le défi d’la vie (1997)
Paroles et musique : Nacer AMAMRA
Arrangements : 5 Days A Week


Alors comme ça tu t’en vas 
Tu t’envoles et tu fuis 
Vers des cieux interdits 
Silencieux et froid 

Alors comme ça tu es las 
De ce monde qui pleure 
De ses plaies de ses pleurs 
Mais toi dans tout ça 

Refrain
Tu nous laisses 
Comme ça sans prévenir 
Ça nous blesse,
Nous ronge, nous déchire 
Ça nous fait souffrir 

Et on reste 
Seul au monde sans avenir 
Accroché aux souvenirs 
Seul vivant 
Seul vivant mais c’est pire 

Et j’ai le cœur en panne 
De tout Amour exhaustif 
J’croyais la vie sans drame 
Je ne la vois plus qu’en sursis

J’croyais à l’enfer aux flammes 
Aux anges aux paradis 
Moi je n’ai plus vraiment d’âme 
Maintenant que tu es parti 

Alors comme ça tu planes 
Dans ce monde inédit 
Insolent et profane 
Que nos mémoires suscitent 

Style/genre Slow/Rock avec des arrangements variété française.
Thème Un être cher parti sans prévenir, sans avoir laissé le temps à l’auteur de lui dire qui l’aimait…




Histoire d'une chanson

« J'avais alors 17 ans, c'était en juin 1986, pendant les grandes vacances scolaires d’été à l'occasion d'un voyage en famille en Algérie, quand je me suis aperçu que mon papa présentait des signes inhabituels de gestes maladroits et gardait une posture penchée en position assise... Très inquiet, je décide alors de téléphoner à mes frères aînés pour les prévenir de l’état de santé préoccupant de notre père, mais surtout pour leur demander de le convaincre de revenir en France au plus vite pour faire d’éventuels examens médicaux. Malheureusement je n'ai pas été entendu et mon père a été rapatrié d’urgence par un avion médicalisé d'Europe -assistance quelques semaines plus tard. Avec le terrible choc causé par l'annonce d'un cancer par les médecins du centre hospitalier Edouard Herriot à Lyon, j'ai ressenti un lourd sentiment de frustration et une sourde révolte contre la perte d'un temps précieux ...

Tu nous laisses “est une chanson très particulière pour moi, non seulement par l’histoire qu’elle raconte, mais aussi pour ce qu’elle m’a offert comme opportunités imprévues.

En 1997 avec la maquette de la sublime version du boléro arrangé Patrick Millet professeur émérite au Conservatoire National Supérieur Musique et Danse de Lyon (C.N.S.M.D.L.), nous avons ensemble présenté à la directrice de cette prestigieuse institution notre profond désir d’enregistrer ce morceau par les élèves du conservatoire.

Cet ambitieux projet était comme un rêve qui allait se réaliser d’autant plus que Madame la Directrice nous avait donné aussi son accord pour que l’on puisse nous servir du studio d’enregistrement du conservatoire.

Je ne sais pas si cela est fréquent ou la manifestation d’une profonde gentillesse de la part de cette charmante dame, mais elle m’avait fait à ma grande surprise, la proposition d’intégrer sa prestigieuse école.

Cela va sans dire que son offre m’avait absolument ravi et bouleverser et j’ai réellement éprouvé de la fierté, car pour quelqu’un comme moi, qui ne suis pas un enfant de la balle, je pense que c’est un honneur de recevoir une telle considération de la part de quelqu’un qui est une référence dans ce domaine.

En effet cela voulait dire que, quelque part elle croyait en moi et à mon modeste talent malgré le fait que nous étions complètement inconnus l’un pour l’autre, ce qui donne encore plus de force et de crédibilité à son délicat traitement envers moi.

Je la remercie encore du fond de mon cœur malgré le fait que j’ai dû refuser à mon corps défendant, son offre en raison de mon investissement total avec mon groupe, car j’ai acquis un sentiment de confiance en moi de plus en plus fort et de plus en plus bénéfique pour ma musique. Mais le plus remarquable pour moi était de voir comment, et avec quelle conviction mon ami et manager Cyril parlait et défendait ‘Tu nous laisses ‘et à quel point je le sentais investit pour convaincre nos interlocuteurs de la réussite certaine et du succès commercial de cette chanson hommage.

Il était, tout comme moi absolument persuadé que ce titre avait toutes les caractéristiques d’un ‘tube’ et allait nous ouvrir toutes portes des Maisons de disques et du show-business. Toujours durant l’année 1997 (année de la sortie de notre double album le défi de la vie), mon ami Cyrille et moi nous sommes dans le bureau du Maire de Vaulx-en-Velin M. Maurice Charrier et nous lui faisons part de notre projet de faire enregistrer ce titre avec un orchestre symphonique constitué d’une centaine d’élèves du C.N.S.M.D.L. Évidement comme tout projet il nous faut évaluer le plus précisément le coût de celui-ci : environ 100.000 francs soit 15 000 euros.

Le budget était exclusivement consacré à la rémunération des musiciens de l’école du conservatoire...

L’idée d’une mise en résidence de la ville pour notre groupe est né je pense, à partir de ce rendez-vous. En effet le Maire M. Maurice Charrier qui est certes aussi un amateur de musique à considéré que notre demande était en plus d’être bien fondée et originale, était surtout très utile à la contribution d’une image plus positive de notre ville. En décidant d’aller plus loin, par cette mise en résidence, et en offrant une perspective légitime et plus durable à notre volonté commune de montrer un visage plus en adéquation avec la population de la ville, ce responsable politique nous a conforté dans nos convictions de continuer nos efforts.